Manifestations et pneus

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 31 janvier 2016

Manifestez : oui ! Mais sans brûler de pneus ! 

      Au cours des dernières manifestations organisées par les agriculteurs et éleveurs bretons, de grandes quantités de pneus ont été brûlés sur la chaussée de routes nationales, notamment sur la RN 165, entre Arzal et Marzan.
      Sans remettre en cause le bien fondé de ces manifestations l’UMIVEM note que ces feux dégagent de grands nuages spectaculaires de fumées noires et toxiques. Car les pneus, constitués de caoutchouc et de matériaux synthétiques, dégagent, en brûlant, du CO2, du dioxyde de souffre, du benzène cancérigène et de très importantes quantités de particules très agressives pour les voies respiratoires.
      Ces brasiers de pneus font non seulement courir un risque sanitaire pour les manifestants et pour les riverains mais également un risque écologique important puisque les matières polluantes, poussées par le vent et rabattues par la pluie, ou les lances des pompiers se répandent sur les terres agricoles et les milieux naturels dont les ruisseaux et les plans d’eau. Les pneus, autrefois stockés pour tenir les bâches tendues sur les ensilages, n’ont plus d’usage agricole. L’UMIVEM et ses associations membres demandent que la chambre d’agriculture en organise la collecte et les oriente vers les déchetteries afin d’en finir avec ces feux hautement polluants, lors des manifestations.
      Le recyclage et la valorisation des déchets génèrent de nombreux bénéfices : la protection des ressources naturelles, l’économie des matières premières, la réduction des déchets dont certains peuvent être nocifs pour l’environnement et la santé. Ils favorisent aussi les emplois de proximité, l’innovation et développent de nouvelles économies circulaires. Les pneus entrent dans cette catégorie de déchets usagés pour lesquelles des filières existent localement depuis longtemps.